0,06 microsecondes | david Bart Lalanne

Participation
BT80

Le Yangzi est le 3ème plus grand fleuve au monde et le plus grand de Chine. Le barrage des Trois Gorges est la première construction humaine qui, par la présence d’une si grande quantité d’eau concentrée en un seul endroit, modifie l’inertie de la planète et ralentit la vitesse de rotation de la Terre de 0,06 microsecondes par an.

Troisième attraction touristique du pays, prouesse architecturale et fierté nationale, le barrage, est aussi et surtout une épée de Damoclès.
Le réservoir a englouti une zone fertile où étaient cultivées près de 40 % des denrées agricoles chinoises. Depuis la mise en service du barrage en 2009, le niveau des eaux du Yangzi se retrouve dorénavant surélevé de 175 m. 140 petites villes, 1.352 villages, 1.600 usines et 700 écoles ont été submergées. 1 400 000 personnes ont été déplacées.

Le barrage illustre la définition de l’homme comme « maître et possesseur de la nature » chère à Descartes. Une toute puissance, un culte du « no limit» qui contrevient pourtant violemment avec les principes fondateurs de la Chine traditionnelle, inspirée quant à elle du Taoïsme, du Bouddhisme et du Confucianisme.

La Chine contemporaine s’inspire, dans ses ambitions de modernisation et d’expansion, directement des grands travaux de l’ère maoïste, et notamment du Grand Bond en Avant. Xi Jiping cherchant à poser ses pas dans ceux de son aîné, le culte du Grand Timonier connaît d’ailleurs une recrudescence sans précédent… Oubliés les 45 millions de mort, Mao est sacralisé, considéré comme un Dieu.

Ce culte manifeste en tout état de cause un dérèglement politique, économique, écologique qui est à l’image d’un tout premier dérèglement : le dérèglement psychique de l’être humain. Aujourd’hui, 0,01% de la masse animale menace les 99,99% autres d’extinction. C’est l’œuvre de l’Homme.
Un Homme qui joue et jouit de la nature sans en maîtriser ses règles.
Un Homme sans humilité.

La propagande d’un monde parfait.