Need | Nathalie Lescuyer

Pendant plusieurs mois, la photographe a souhaité « voyager dans la nuit des migrants ». Poussée par une nécessité intérieure, Nathalie Lescuyer propose au travers de sa série Need un témoignage qui parle des errements de notre monde autant que de l’errance de l’autre. Son récit photographique revendique cette confusion entre ses attentes de photographe et les besoins des migrants. Cette altérité est mise en dialogue dans une suite ouverte d’images intimes, incantatoires, fulgurantes, aux tonalités sourdes. Il s’agit ici de rendre tangibles la tension entre le bruit du monde et la parole exclue des migrants mais aussi de rétablir l’échange entre plusieurs intériorités bouleversées. La photographe résume ainsi sa démarche : Être au cœur d’une histoire qui ne sera jamais la mienne.Voyage de plusieurs mois dans leur nuit, rêverie cauchemardesque où les fantasmes se mêlent aux histoires personnelles. Obscurité, je photographie dans l’urgence, ambiance électrique et chargée d’émotions que j’identifie mal. Figer au flash pour un instant le corps toujours en partance, fixer ce temps.

Thumbnail
Parfois, les images s’imposent dans le silence du regard sans qu’il soit nécessaire d’en dire trop… En fabuleuse alchimiste du temps, du réel et du hasard, la photographie peut être - et c’est le cas ici - le fruit d’une nécessité intérieure. Le titre need donné par Nathalie Lescuyer à cette suite ouverte d’images atteste de cette nécessité, sans doute, vitale.