La galerie Regard Sud a établi une nouvelle géographie de la création contemporaine. Positionnée à Lyon par son directeur Abdellah Zerguine et rejoint par Farida Hamak, l'espace développe de nouvelles perspectives. Plus au sud, le regard devient autre, il voit plus libre, il montre plus loin. 

Rencontre avec Abdellah Zerguine, la Croix-Rousse à Lyon

Que vous apporte cette position lyonnaise ? Pour une galerie, l’avantage d’être à Lyon c’est un coût de fonctionnement bien moindre. C’est une ville dynamique à proximité de Paris et proche de la Suisse. La galerie Regard Sud est située au cœur de la Croix Rousse ; c'est le quartier historique, artistique et culturel où sont présentes de nombreuses galeries. La galerie dispose de trois salles de dimensions différentes et sur plusieurs niveaux qui se se succèdent, offrant une perspective de la création très apprécié par les artistes.

PhotoDoc 2019, la Halle des Blancs-manteaux à Paris

Regard Sud à PhotoDoc, la Halle des Blancs-manteaux à Paris, 2019.

Regard Sud a participé cette année à Photodoc. Qu'en retenez-vous ? Nous sommes très heureux de notre participation. Cette évènement nous a permis d’une part à faire connaitre la galerie auprès d’un public parisien et d’autre part de donner la possibilité à Farida Hamak de faire connaître son travail photographique réalisé en Algérie et le long du Jourdain. Son travail a été très apprécié par sa sensibilité et sa poésie au regard d’un large public. Nous avons aimé dans cette foire cet esprit très convivial qui permet une vraie rencontre et de réels échange avec le public. On peut visiter aisément l’ensemble des stands contrairement aux foires beaucoup plus importantes. Nous avons apprécié le choix du lieu, Halle des Blancs-manteaux dans le quartier du marais, et les bonnes relations avec les organisateurs très professionnels et disponibles avec lesquels nous avons eu un très bon contact. Nous serions heureux d’y participer à nouveau.

Comment Farida Hamak a-t-elle changé le dynamisme de la galerie ? En 2011, la photographe et artiste Farida Hamak quitte Paris pour s’installer à Lyon et partager la direction artistique de la galerie. Par son expérience, son regard, elle a apporté une fraîcheur et une pertinence complémentaire dans les choix artistiques en particulier pour le choix des photographes exposés.

Comment choisissez-vous les artistes ? Nous préservons une ligne artistique en cohérence avec l’identité de la galerie et avec une exigence dans notre sélection. Nous rencontrons les artistes dans des foires, par nos connaissances ou encore directement dans leurs ateliers. Nous avons également eu des partenariats avec des galeries, tels que la Galerie 127 à Marrakech avec le photographe Hicham Gardaf, la galerie Les Filles du Calvaire avec Catherine Poncin, ou la galerie Silk Road Galery de Téhéran avec les artistes iraniens Rana Javadi, Arash Fayez et Hawar Amani. Outre Farida Hamak qui a exposé ses œuvres à la galerie, nous avons eu l’occasion d’exposer de nombreux artistes étrangers : l’égyptien Nabil Boutros, la plasticienne et réalisatrice libanaise Jocelyne Saab, la photographe japonaise Mami Kiyoshi, le photographe sénégalais Mabeye Deme... Notre sélection se constitue également d’artistes français tels que les photographes Martin Becka, Pascaline Marre, Olivier Culmann du collectif «Tendance Floue», Agnès Propeck, Sophie Zenon, le collectif « France Territoire Liquide » composé de Patrick Messina, Aude Sirvain et Frédéric Delangle, et prochainement Anne-Marie Filaire.

À la suite du MUCEM, Anne-Marie Filaire déploye son écriture à Regard Sud. Nous recherchons avant tout des artistes d’horizons différents qui portent un regard particulier et singulier dans leurs pratiques photographiques, documentaires ou formelles. C’est pour cette raison que le travail de Anne-Marie Filaire nous a séduit et que nous accueillerons sa prochaine exposition « Paysages d’Auvergne et fragments d’Orient » à partir de septembre en résonnance avec la biennale d’Art Contemporain.

Comment l’évolution de la galerie s’inscrit-elle avec l’exposition d'Anne-Marie Filaire ? De par son identité singulière et ces choix exigeants, la galerie Regard Sud est de plus en plus sollicitée. Elle suscite autant l’intérêt des artistes émergents que des artistes reconnus ce qui nous donne plus de liberté dans nos choix. Le talent et la reconnaissance de l’œuvre de Anne Marie Filaire constituent évidemment un plus pour la notoriété de la galerie.

Il y a-t-il d’autres territoires de l’image que vous exploitez ? La galerie organise depuis 1999 le festival « Cinémas du Sud » sur la thématique des films du Maghreb et du moyen orient, en partenariat avec l’Institut Lumière.

L’identité de Regard Sud est tous azimuts ? Oui. Au début des années 2000, la galerie Regard Sud est une des premières à exposer des artistes contemporains issus des pays arabes qui n’avaient que très peu de visibilité à Lyon. La galerie contribue à rendre visible le regard singulier des artistes et à casser des clichés en faisant connaitre des artistes originaires de ces pays, elle contribue enfin à enrichir l’offre artistique et culturelle à Lyon et au niveau régional.  Regard Sud est reconnue par les professionnels, les étudiants en arts et le public, se démarque pour sa démarche artistique visant à exposer des artistes du Maghreb, du Moyen-Orient et d’ailleurs. Pluridisciplinaire pour les expositions qu’elle accueille à raison de cinq par an, elle privilégie en général la photographie. Regard Sud fait partie du réseau régional d’art contemporain ADELE.

Regard Sud galerie 1/3, rue des Pierres Plantées 69001 Lyon • +33 04 78 27 44 67 •  regard.sud@orange.fr • www.regardsud.com