Need de Nathalie Lescuyer ou le silence éloquent de la photographie

Entends ce bruit fin qui est continu, et qui est le silence.
Écoute ce qu’on entend lorsque rien ne se fait entendre.

Valéry

Parfois, les images s’imposent dans le silence du regard sans qu’il soit nécessaire d’en dire trop… En fabuleuse alchimiste du temps, du réel et du hasard, la photographie peut être - et c’est le cas ici - le fruit d’une nécessité intérieure. Le titre need donné par Nathalie Lescuyer à cette suite ouverte d’images atteste de cette nécessité, sans doute, vitale.

A coup sûr, elles expriment une forme de résistance intérieure à l’oubli de l’homme par lui-même et nous dévoilent silencieusement cette dégradation des valeurs humaines et culturelles par le politique.

C’est un double silence qui s’écoute ici : celui, intérieur, de l’auteur face au bruit du monde et à la parole exclue des migrants; celui de l’art qui nous parvient à travers une expérience esthétique proche de la prière.

Cette esthétique n’est pas vaine. Elle est aussi une éthique puisqu’elle nous souffle une rencontre hors norme : la découverte du monde et de soi-même comme altérité.

Là, se tapit l’espoir, dans « la poursuite de la vérité inconditionnelle des faits » (Tarkovski), seule capable de nous transformer, de nous élever.

Jean-Baptiste Guey
Galerie Les bains révélateurs