Raphaël Dallaporta, né en 1980, élabore une œuvre saluée par la critique pour la rigueur de ses protocoles de prises de vues, sa conviction documentaire et la pertinence de ses installations dans lesquelles s’établissent des connexions insolites entre histoire, science, art et technologie.
La proclamation du Prix a eu lieu mercredi 22 mai à de la Bibliothèque nationale de France. Créé en 1955 par Albert Plécy, Le Prix Niépce Gens d’images est le premier prix de photographie professionnelle créé en France. Le double objectif de son fondateur était de sortir les photographes de l’anonymat et de les aider à déployer leur influence auprès du grand public au travers de la presse et de l’édition, notamment. Le Prix Niépce distingue chaque année le travail d’un photographe confirmé, âgé de moins de 50 ans, français ou résidant en France depuis plus de trois ans. Il est soutenu par la Bibliothèque nationale de France et placé sous le patronage du ministère de la Culture. Depuis 2016, il bénéficie du mécénat de Picto Foundation qui récompense le lauréat d’une dotation de 10 000 € en numéraire et en compétences. En 2019, la dotation du prix se complète du soutien de The Eyes Publishing qui éditera un livre d’artiste à 300 ex. et de l’ADAGP qui offre 6 000 € au lauréat et 4 000€ consacrés à l’organisation du Prix et à sa communication. Le lauréat bénéficiera également d’une présentation de son travail lors d’un Atelier Gens d’Images, d’une exposition à la Galerie Dityvon de l’université d’Angers en janvier 2020 et d’une acquisition de ses oeuvres par la Bibliothèque nationale de France.