Quand la nature reprend ses droits !
Les différents jurys de la Bourse du Talent qui se sont réunis pour choisir les lauréats ont comme par magie, proposé une vision commune de la photographie contemporaine. Dans un paysage physique ou mental, les lauréats de cette éditions ont poussé le même cri, celui de l’évolution de l’homme dans son environnement. Formant un véritable manifeste de la terre et la nature, leur prise de conscience collective nous rappelle que sans notre environnement nous ne sommes rien.
Les problématiques environnementales ou l’avenir de la planète, les lauréats de cette édition 2022 nous interrogent sur notre futur  et notre besoin crucial de préserver notre mère nature.
Gabriel Dia *

* Gabriel Dia est lauréat de la Bourse du Talent portrait en 2021

L'île des schistes | Vivien Ayroles

Aux confins des Pyrénées et de la Méditerranée, le paysage est traversé par les sentiers et les routes, parsémé de villages et hameaux à chaque bout de rivières à sec une partie de l'année. En cheminant dans le massif des Albères, butant contre ici un mur aveugle, là une roche coupante, le trajet prend des itinéraires imprévus et se résigne à des détours. Le massif de schiste prend les airs d'une île dorée où les roches sombres sont sculptées par les éléments et l'histoire des hommes.

Aithō, je brûle | Adeline Care

Ce conte transpose une expérience de déréalisation que la photographe a vécue à l'adolescence. Ce trouble dissociatif étant la sensation d’être détaché de son environnement et de son propre corps, Adeline Care a ainsi développé une esthétique de l’effacement et du flottement à travers des changements climatiques capturés en haute altitude.

YGGDRASIL | Dana Cojbuc

Je surprends d’abord le réel par la photo. Je le prolonge ensuite par le dessin, tout en lui restant fidèle, pour l’amener vers mon monde inventé. La photographie enregistre mon regard et le dessin offre une nouvelle expérience où se nouent et se raniment mes mémoires. Je photographie les éléments de cette nature puis en esquisse les contours infinis pour les réinventer a posteriori.

No M’ans Land | Paloma Laudet

À Calais, près de soixante-cinq kilomètres de clôtures barbelés dentellent la ville. Depuis les Accords du Touquet signés en 2003, on assiste à une externalisation de la frontière britannique sur le sol français. La ville, avec le soutien de l’État, a mis en place une politique de répression envers les centaines d’exilés toujours présents à Calais