Cédric Delsaux

Il y a, pour Cédric Delsaux, un vrai plaisir à tenir dans un même cadre le fantastique et le réel. Ainsi les paysages urbains de banlieue, avec leurs parkings à répétition, et leurs zones de non-lieux, deviennent, grâce aux personnages de Star Wars, les décors grandioses d'une histoire dont ils occupent enfin le centre. Le monde qui en découle, fourmillant de détails, est totalement vrai et pourtant absolument faux. La fabrication de cette « mythologie de la banalité », donne une proximité et une réalité aux personnages cultes de toute une génération. L'imaginaire a tout envahi.

 

[[{"fid":"23493","view_mode":"default","fields":{"format":"default","field_file_image_alt_text[und][0][value]":"","field_file_image_title_text[und][0][value]":"","field_folder[und]":"19"},"type":"media","attributes":{"height":"313","style":"display: block; margin-left: auto; margin-right: auto;","typeof":"foaf:Image","width":"417","class":"media-element file-default"},"link_text":null}]]

© Cédric Delsaux

 


PARCOURS

Né en 1974, Cédric Delsaux vit et travaille à Paris. Après des études de Lettres et de Cinéma, il rejoint d'abord le monde de la publicité. Depuis 2002, il se consacre entièrement à la photographie.

Avec le premier volet de son travail sur Star Wars, Dark Lens, il remporte la Bourse du Talent en 2005. Sa série « Nous resterons sur terre », publiée en France et aux États-Unis en 2008, explore le lien ambivalent de l'Homme face à la nature. Cédric Delsaux est représenté par la galerie Acte 2 à Paris, Bonni Benrubi Gallery à New York et The Empty Quarter Gallery à Dubai.

Kazys Varnelis

Il est directeur du Network Architecture Lab à l'Université de Columbia (New York).

 

Cliquez ici pour voir l'interview de Cédric Delsaux

randomness